• Eclere

Histoire de Marcel Rey, plus de 20 ans PDG de la SEPEM


L’histoire de la SEPEM est intimement liée à celle d’un homme : Marcel Rey. Rien ne dédiait Marcel à reprendre l’usine en 1977 située à Bourg-Argental. Et pourtant, enfant d’une famille nombreuse, travaillant pendant ses week-ends et les vacances scolaires, il s’est retrouvé à 40 ans à la tête de cette entreprise, de près de quarante salariés devenue performante après un rude travail.

Marcel Rey, est de cette génération d’enfants nés fin des années 30, et ayant vécu dans une France en guerre. L’école, c’était bien « on y faisait quelques bêtises, mais j’ai aussi obtenu un tableau de 60x30 cm représentant des glaneuses. » Dès ses treize et demi, Marcel intègre et ce jusqu’à ses 16 ans une école technique. « J’y ai appris le métier d’ajusteur mécanicien ». Sa matière préférée ? Le dessin industriel. Un premier grand souvenir lorsqu’il annonce à son père l’obtention de son CAP en 1953. « Je suis allé directement sur son lieu de travail, je l’ai trouvé, il m’a félicité et je voyais qu’il était heureux »

Un jour, son école l’appelle et lui présente un industriel qui recherche un bon soudeur. Il n’a pas la compétence, mais si l’école le forme il pourra avoir le poste. C’est ainsi que durant 15 jours, il va suivre cette formation qui va lui ouvrir le sésame de ce premier travail. Il s’agissait de l’entreprise Rand à Firminy qui produisait 52 000 séchoirs par an !

Le temps de l’armée et de la guerre d’Algérie sonnent l'appel sous les drapeaux. Le 3 mars 1958, Marcel doit quitter son travail. Direction Bourg-en-Bresse pour apprendre à manier les armes puis d’autres affectations se suivent pendant huit mois avant de partir pour l’Algérie le 28 avril 1959. « Mon travail sur la base consistait à la maintenance des avions principalement ». Il y a eu une sortie pour aller récupérer du matériel mais heureusement l’équipe revint saine et sauve du Sud de l’Algérie. C’est donc après 14 mois de service, le 28 juin 1960 que la « quille » tant espérée arrive ! Et le retour en France dans les ateliers de l’entreprise Rand, où sa place l’attendait.


C’est à cette époque que Marcel rencontre Jeanine ! Un coup de foudre, puisque huit mois plus tard, en 1961, ils se marient ! Marcel construit sa première maison, seul, avec l’aide d’un maçon et d’un plombier qui viennent lui donner un coup de main. 1962, naissance de Pascal, puis ce fut autour de Michel en 1964 et, enfin de Christophe en 1969. Trois fils qui vont être rapidement impliqués dans la vie professionnelle de leur père, comme le fut, Jeanine également. La famille s’agrandissant, Marcel vend sa première maison et en construit une seconde, toujours seul !

Le tournant, c’est en 1977. Marcel décide d’acheter la SEPEM. Il ne peut plus rester à son poste de salarié, il doit prendre la vie de sa famille en main, et décide avec Jeanine d’un nouveau départ. Ils vendent leur maison et contractent un emprunt au Crédit Agricole de Bourg-Argental. Un sacré pari ! « Cela a été possible grâce à la caution d’un couple d’amis dont je suis à ce jour encore reconnaissant pour la confiance qu’ils nous ont accordée ». Marcel et Jeanine peuvent acheter l’usine qui comptait à l’époque sept salariés. Ce furent des débuts difficiles. « Pendant six mois je poudrais les pièces et ensuite j’allais chez les clients ! Il a fallu cravacher pour s’en sortir »



SEPEM à Bourg-Argental


Situés au second étage d’une ancienne bâtisse, les locaux de la SEPEM, rapidement, ne correspondent plus au développement de l’entreprise. C’est grâce à la CCI d’Annonay que l’entreprise emménage le 1er septembre 1980 dans les locaux de tissage T.S.R , rue de Fontanes à Annonay « De 7 heures du matin à 20 heures nous étions enfermés dans les ateliers sans voir le jour. Jeanine s’occupait du bureau et moi des ateliers » ; Marcel décroche des contrats, il faut de nouvelles machines. « Grâce à des amis, des proches, on arrive à les financer. »


Salariés SEPEM rue de Fontanes à Annonay


Mais il y a de plus en plus de marchés à honorer, et le besoin de s’agrandir avec des locaux adaptés se fait à nouveau ressentir. Et c’est là, qu’une rencontre va tout déclencher. La proposition du maire de Boulieu, Monsieur Grenier, ainsi que du député Mr Chambon, d’un terrain de 9000 m2 sur la commune avec aménagement adapté. C’est la nouvelle zone d’activité du Rivet. Marcel fonce, la SEPEM est construite en 4 mois et se termine fin août 1989. L’entreprise connaît un nouvel essor !



En 1998, une autre étape dans la vie de Marcel. Il a 61 ans et demande sa retraite tout en passant le flambeau à ses trois fils qui sont dans l’entreprise depuis plusieurs années déjà. Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain mais c’est avec fierté qu’il peut, aujourd’hui, voir Pascal, Michel et Christophe faire perdurer l’esprit d’entreprise de leur père en surmontant les difficultés tout en faisant fructifier l’entreprise et lui donner un nouvel élan comme Marcel avait su le faire en son temps



Aujourd’hui Marcel et Jeanine, ont une paisible retraite très entourés de leurs trois fils et de leurs 7 petits-enfants. Mais, mais... Marcel n’a pas oublié la peinture et on peut découvrir chez eux, des réalisations picturales qui ornent, maintenant moins, car Jeanine lui a demandé de faire des choix, les murs de leur maison...



Un passionné ne prend jamais sa retraite !


Aujourd'hui, 2019, Marcel et Jeanine devant l'une des fresques peinte par Marcel dans leur jardin

© 2019- S.E.PE.M

L'expert de l'application industrielle de peinture

Z.I. Le Rivet

07 100 Boulieu-les-Annonay

Axe Saint-Etienne - Lyon - Valence

Tél : 04 75 33 58 59

SEPEM, spécialiste des revêtements peintures, depuis 1960, vous apportera la solution adaptée tant pour professionnel que pour particulier

  • électroménager

  • ferroviaire

  • énergie

  • automobile

  • militaire

  • métallerie, mécano-soudure - tolerie

Contactez-nous ! 

Devis en ligne pour artisan

particulier

logo-vilesta.png

SEPEM est membre de 

  • Facebook - White Circle
  • LinkedIn - White Circle